La Voix du Nord parle de Nous !

Retrouvez ici, l’article publié par La Voix du Nord : 

Elle crée sa boutique en ligne de décoration pour enfant, Chimères de compères

Après la naissance de ses enfants, Corentine Lorgnier, 28 ans, a ouvert sa boutique de déco pour enfant. Un nom et une sélection à son image, qu’elle diffuse en ligne, depuis sa campagne.

Elle vend des accoutrements, des amusettes et de jolies choses. Corentine Lorgnier le revendique, “j’aime les choses désuètes”. Chimères de compères, sa boutique en ligne, est née de ça. De sa grammaire particulière et des jeux de ses garçons. Après quatre ans dans les assurances, elle négocie une rupture conventionnelle à la faveur de la naissance de son deuxième enfant. Elle est acceptée. La jeune femme, 28 ans, se pose la question de l’après. Elle trouve la réponse, la fait éclore en mai 2021.

” J’adore la déco en général, dit Corentine Lorgnier dans sa maison entièrement rénovée avec goût à Esquerdes, et dans le secteur, il n’y a pas grand chose pour les enfants”. Qu’importe, penserez vous, pour une boutique en ligne. C’est que Corentine Lorgnier l’a pensée résolument locale. “Je propose de venir chercher le colis à mon domicile”, glisse-t-elle. Pour les achats audomarois, il n’est arrivé qu’une fois qu’une cliente si dérobe, pour une bonne raison. Sinon, “Je réussis à créer le lien qu’on aurait dans une boutique physique, je suis joignable et accessible. Ce n’est pas une plateforme qu’on a derrière, c’est ce que je voulais”. 

La sélection est à son image. Layette, déco, livres, jouets pour les 0-8 ans émanent d’une quarantaine de fournisseurs triés sur le volet. Elle leur emprunte leurs photos, ou prend les siennes, chez elle, entre vieux parquet et murs moulurés, pour offrir à son florilège, un cachet qui n’existe pas toujours ailleurs.

Pas “d’objets chinois, défend-t-elle. Je privilégie le savoir-faire français et européen. J’ai quelques articles produits en Inde, mais la marque m’a certifié que la fabrication se faisait dans des usines familiales, avec une rémunération correcte”. Comme elle stocke chez elle, Corentine Lorgnier n’a que de petites quantités. Et que des choses qui lui plaisent. “Je ne pourrais pas vendre ce que je n’aime pas”.

Chimeres de comperes La voix du Nord

Aujourd’hui, elle n’en vit pas. Pour l’instant, avec ses indemnités chômage, ça lui convient. “Mon conjoint travaille beaucoup. Je voulais pouvoir adapter mes journées”. Travailler de chez elle, même s’il faut trouver le rythme. “Il faut se fixer des horaires, un planning. Quand on est entrepreneuse, le temps est compté”. Pour les fêtes, elle s’était installée chez Ma parenthèse déco, rue des clouteries, à Saint-Omer, ” pour me faire connaitre. C’était Top. Mais ça m’a confortée dans l’idée que, pour l’instant, je préférais une boutique en ligne”. Après “s’il le faut, je repartirai dans un travail salarié, ça ne m’inquiète pas. Et je continuerai la boutique à côté.

 

Fermer
Fermer
S'identifier
Fermer
Panier (0)

Votre panier est vide. Votre panier est vide.